Venom1

Lorsqu'un laboratoire s'empare de formes de vies extra-terrestres afin d'en tirer profit, l'intrépide journaliste Eddie Brock décide d'enquêter sur l'affaire. Mais il se retrouve en contact avec l'une des ces entités, et devient bientôt son hôte...


Villain phare des  90s, et némésis implacable du Tisseur, Venom, entité symbiotique terrifiante, est l'un des personnages de la cosmogonie Marvel qui attendait son passage ciné depuis longtemps. Hélas, le film consacré à sa personne est une fois de plus la résultante d'un compromis plus que le résultat d'une véritable décision artistique. Dans le meilleur des cas, un tel sujet aurait pu à l'instar d'un "Deadpool", assumer la radicalité de son concept, quitte à s'alièner une frange lucrative du public. Mais en s'abaissant aux standards du PG-13, en otant toute ambivalence et en gâchant le potentiel de ses deux comédiens d'afiche que sont Tom Hardy et Riz Ahmed, le métrage chapeauté par Ruben Fleischer (dont on préfera retenir l'excellent "Zombieland") suit le cahier des charges tout en se sachant jamais à quelle tonalité se vouer. Car entre gaudriole lègère et violence sombre, le film oscille sans jamais trouver d'équilibre. Et en conséquence, le métrage se révèle être très bancal. Pas irregardable, mais pas reluisant non plus. Dans sa course éffrénée à se plier au nouveau dogme de l'univers cinématique, Hollywood continue de plier les mythes à phylactères sans ménagement.

afficheVenom

En bref: Nouvelle victime de la taylorisation systématique des cosmogonies comic-book, "Venom" sacrifie la moelle de son villain flippant pour en faire le'anti-héros d'un blockbuster aussi inoffensif que balisé. Pas de quoi grimper au plafond.


Note: 13/20