Kapalsky

10 avril 2019

Critique ciné: "Simetierre"

PetSemetary1

Lorsqu'une famille s'installe dans la petite région du Maine, ils sont loin de se douter que leur propriètée, placée non loin d'un cimetière pour animaux, cache un lourd secret...

L'originalité se meurt et les redites sont légion, ce n'est plus un secret pour personne. Dans le domaine de la frousse, Stephen King se pose là, c'est aussi évident. ce qui l'est moins, c'est de jouer avec un matériau comme celui de ses écrits sans s'y casser les dents. Trente ans après une première adaptation restée dans les mémoires, "Simetierre" connait donc, comme le veut les obligations commerciales du moment, un lifting moderne, qui entend pousser plus loin le contenu déjà sacrément tétanisant du film d'origine. S'il n'est clairement pas génial sur tous les tableaux, ce film d'épouvante à au moins le mérite tout relatif de se hisser un peuplus haut que d'autres dans le genre, avec une mise en place patiente et une certaine retenue dans ses effets gores. Jumpscares et ambiance sonore angoissante sont évidemment de la partie, mais on retiendra surtout une ambiance déletère et quelques SFX bien ragoutants. A voir donc si on est fana d'horreur ou de King en général.

affichPetSemetary

En bref: "Simetierre" version 2018 à beau ne pas réinventer le roue dans le genre, il arrive à tenir notre attention sur sa durée. L'ambition est minime, mais les frissons peuvent être garantis. Une adaptationd e King qui aurait pu être bien pire, vu les circonstances.

Note:13,4/20

Posté par Kaplsky à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09 avril 2019

Critique ciné: "Dumbo"

Dumbo1

Le cirque Medicis accueille dans sa famille d'artistes un bébé éléphant, dont les oreilles surdimensionnées lui confèrent l'habilité de planer dans les airs...

La vague des remakes live action Disney continue, et avec elle cette triste mode de retaper au numérique moult Madeleines de Proust afin de les garder ad vitam eternam dans leur catalogue. Avant que ne se succèdent "Aladdin" et "Le Roi Lion", c'est au tour de "Dumbo" de pointer le bout de sa trompe dans ce portage aussi lisse qu'une savonette. Réinvention du classique éponyme, il en gonfle l'intrigue sans en augmenter l'intêret. mais ce n'est pas là que réside le problème du film; c'est dans le cinéma de Burton récent. Qu'il use et réuse de thématiques et de ses obsessions filmiques n'est pas un problème, après tout, c'est ce qui définit le travail d'un auteur, et le contexte de "Dumbo" lui permet d'explorer une nouvelle fois ses marottes. Mais dénués de toute trace de folie et de la subversion qui ont fait sa renommée, ses derniers métrages font l'effet d'une pastille à la menthe, tristement reconfortants. Le triste constat, et la cruelle ironie, sont là: Disney à réussi à faire rentrer dans le moule celui dont le cinéma nous exhortait à le briser.

afficheDumbo

En bref: "Dumbo" 2018 se laisse voir, mais force est de constater que le force du cinéma de Burton s'étiole à chaque nouvel opus. Du divertissement familial de qualité, mais sans plus.

Note: 12,7/20

Posté par Kaplsky à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 avril 2019

Critique ciné: "Us"

Us1

Partie passer un bon moment sur la côte californienne, la famille Wilson va se retrouver confrontée à des intrus très particuliers, qui leur ressemblent physiquement en tous points...

Forcément attendu  après le succès suprise de "Get Out", le nouveau film de Jordan Peele à suscité autant d'interrogations que de débats quand à son contenu et ses interprétations multiples. "Us" entend pousser encore plus loin la démarche entreprise par l'auteur dès  son premier métrage: proposer du cinéma horrifique avec un vrai fond, où questionnement identitaire et ambiguité psychologique rivalisent avec une angoisse viscérale. En pur film de genre, il s'assume à fond, offre des séquences aux idées scéniques parfois ingénieuses et joue constamment sur le rapport d'identification pour brouiller son audience, ses pistes comme ses acquis. Sa conclusion va fortement diviser, mais on pourra féliciter encore une fois Peele de faire confiance à l'intelligence du spectateur plutôt que de lui mâcher des significations toutes faites. Un fait trop rare pour être souligné.

afficheUS

En bref: "Us" prouve une nouvelle fois que le cinéma de la trouille peut aussi être ludique et ingénieux. Pur film d'ambiance, d'idées et de mise en scène, le dernier fait d'armes de Jordan Peele le consacre définitivement comme la nouvelle voie à suivre dans le domaine du cinéma de genre. A voir, peut-être même deux fois!

Note: 15/20

Posté par Kaplsky à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 avril 2019

Critique ciné: "Captain Marvel"

CaptainMarvel1

Pilote chevronnée, Carol Danvers est une memebre de la race alien des Kree. Lorsqu'elle attérit sur Terre, elle découvre qu'elle était loin de tout savoir sur son passé et ses pouvoirs....

Il devient de plus en plus compliqué de critiquer les films de super-héros qui défilent dans les alles, tant leur structure codifiée, leur humour milimétré et leur relative prise de risque ne créent plus la surprise. Et ce n'est pas ce "Captain Marvel", soi-disant étendard d'un féminisme super-héroqiue enfin rétabli, qui va changer la donne. Faute de protagonistes et d'enjeux forts, et ce malgré une construction labyrinthique qui aurait pu amplifier le drame, ce nouveau Marvel ne fait qu'égrenner les tares commises sur les précédents opus, en espérant clarifier les choses sur la puissance de son heroine, supposée changer la donne dans le futur "Endgame". Alors certes, on ne s'ennuie pas pendant deux heures, mais l'effet fast-food persiste: on est bien gavé, mais on a oublié une fois le tout avalé.

afficheCaptainMarvel

En bref: "Captain Marvel" introduit une nouvelle héroine surpuissante, dont la kyptonite semble être la sympathie. Remplissant le cahier des charges sans grand génie, ce blockbuster réserve, hormis quelques spectaculaires gavées de CGI, un retour dans les années 90 plus enclin auclin d'oeil qu'à autre chose. Assez pauvre.

Note: 12,7/20

Posté par Kaplsky à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 avril 2019

Critique ciné: "Shazam!"

Shazam1

Orphelin débrouillard et solitaire dans l'âme, le jeune Billy Batson va se retrouver, suite à un concours de cirocnstances, investi de pouvoirs lui permettant de devenir Shazam, avatar aux pouvoirs phénoménaux...

Après un "Aquaman" fou et vitaminé, la maison DC continue d'étendre son catalogue de supers à l'écrana vec un opus ajoutant l'occulte à sa cosmogonie. Avec son personnage d'ado capable de se transformer en justicier d'un claquement de doigts et un ton résolument plus léger, "Shazam!" contient ce qu'il faut pour empoter l'adhésion du public. Des personnages attachants, des blagues sympatoches et un conflit à petite échelle: on est dans une série B respectable, à défaut d'être novatrice. Car au-delà du gimmick de son héros foudroyant et foudroyé, le métrage respecte tous les poncifs du genre, sans que la dose de fantaisie injectée ne fasse vraiment décolle de son siège. Dommage, tant son casting fonctionne bien et que la magie opère, du moins lors d'une poignée de scènes relativement bien menées.

afficheShazam!

En bref: Avec "Shazam!", l'univers DC embrasse pleinement les facettes les plus délurées de son univers. Avec son héros au power trip cathartique et un ton plus décalé que les précédents productions de la firme, le film se regarde agréablement, même s'il ne parvient jamais à se défaire des carcans du genre. Du divertissement solidement fait, pas mémorable, mais pas déshonorable non plus.

Note: 13/20

 

Posté par Kaplsky à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 mars 2019

Critique ciné: "Funan"

Funan1

Cambodge, 1975. La Révolution menée par les Khmers Rouges scinde le pays, obligeant les citoyens à se rallier à leur cause. pris dans la tumulte, Chou et sa famille vont en subir les pires conséquences...

Bien qu'elle n'attire plus les  gräces du grand public, la 2D continue de survivre, proposant ça et là des oeuvres se démarquant du tout-venant. Pour preuve encore, l'incontestable réussite que représente "Funan", récit déchirant conjuguant la grande histoire avec les petites. Par l'épure de son trait et l'économie d'une animation parcimonieuse, le réalisateur Denis Do retranscrit la violence d'un conflit dont l'oppression à détruit son peuple. Il est dommage que, par son sujet sensible et son statut de production indépendente, le métrage doive être cantoné à une distribution resteinte, car il est une oeuvre artistique d'utilité publique qui mérite d'être vue par le plus grand nombre.

afficheFunan

En bref: Film d'animation admirable tant sur le point vue technique que narratif, "Funan" revient sur une douloureuse page d'histoire du peuple cambodgien. Une oeuvre au trait doux et au sujet dur, qui ne recevra hélas pas la diffusion en salles qu'il mérite.


Note: 14,6/20

Posté par Kaplsky à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,