Zombiellenium1

 

Parc d'attarction situé en périphérie d'une petite bourgade, "Zombiellenium" fascine autant qu'il inquiète. Car le lieu est l'abri de démons, vampires et morts-vivants, supposés éffrayer les badauds pour gagner leur vie. l'arrivée d'un nouvel élement au sein du staff va quelque peu changer la donne...

Devenus par la force du temps objets de culte ou de moquerie, les créatures horrifiques sont-elles toujours des chantres de la terreur, ou d'énièmes véhicules marketing affublés de codes-barres? "Zombiellenium", adaptation de la bd éponyme d'Arthur de Pins, répond de manière ludique à ce questionnement plus que jamais d'actualité. A l'heure où la marchandisation du fantastique dénature la force évocatrice de son impressionant bestiaire, ce film d'animation propose un regard ironique et énérgique sur un parc qui s'est donné pour mission de réhabiliter ces figures mises au banc de la socièté, quota indésirable dans un monde dominé par l'intolérance humaine. Ce long d'animation, qu'on devine avoir été édulcoré pour plaire au plus grand nombre, est servi par une distribution vocale remarquable, une animation des plus expressives ainsi qu'un graphisme chatoyant. Il sait d'ailleurs parfois, sans totalement tordre le coup aux codes, s'égarer légérement du balisé pour proposer des petites idées alternatives fort bien senties. Un très chouette récit sur la tolérance qui rivalise thématiquement avec le "Zootopie" de chez Disney.

afficheZombiellenium

En bref: La très bonne surprise de mois côté animation, c'est ce "Zombillenium", dont l'attente et les critiques dityrambiques n'auront pas été vaines. Punk dans l'âme, mais au coeur gros comme ça, cette oeuvre ne dynamite pas les canons du genre, mais sait en subvertir les usuels poncifs. Un remarquble long-métrage, dont le forme séduit et dont le fond propose un tremplin de réflexion intéréssant sur la tolérance et la culture de masse. Rafraichissant!

Note: 14,5/20