YokaiWatch1

Petit garçon doté d'une montre lui permettant de voir les Yokai, créatures fantastiques issues du folklore nippon, Nathan et ses camarades fantastiques vont voyager dans le temps pour découvrir les origines du fameux artefact...

Série ultra-populaire au point de détroner son concurrent direct, la saga "Pokémon", "Yokai Watch" est la nouvelle folie japonaise qui semble avoir capturé l'esprit des têtes blondes à travers le monde. Au vu du potentiel économique de la chose, ce n'était qu'une question de temps avant qu'un film de la licence attérisse sous nos latitudes. En pur récit d'aventures conçu pour amuser le chaland et conquérir les têtes blondes, ce métrage au graphisme rigolo et coloré ne démérite pas face à la concurrence. Sensibilité nippone oblige, l'humour y est moins finaud, mais les créatures valent le détour: blagues à base de flatulences, créatures au dessin imaginatif, le tout emballé dans un récit de voyage dans le temps qui ne s'encombre pas de crédibilité: bref: de quoi faire passer un bon quart d'heure aux petits et de quoi assurer une migraine carabinée aux parents moins tolérants.

AtomicBlonde1


Atout majeur du MI6, l'agent Lorraine Broughton est envoyée à Berlin avec pour mission de récupèrer une liste d'agents hautement compromettante. Au coeur d'une Allemagne sur le point de briser le Mur, la tension monte et nul n'est à l'abri du soupçon...

A l'heure ou le film de comic-book s'embourbe dans le marasme des univers étendus et de suites à profusion, quelques adaptations font faire un pied-de-nez à ces nouvelles conventions, mais veulent aussi renouer avec une certaine épure, un côté décomplexé tributaire du cinéma d'exploitation de la grande époque. Portage d'un graphic novel assez obscur, "Atomic Blonde" porte en soi cette note d'intention réjouissante, même si le résultat n'est pas digne de toutes les louanges. Ces fameuses louanges adressées grâce à un buzz préfabriqué, est dù moins à la présence de Theron au casting, qu'à la semi-parenté que le film partage avec le sleeper hit "John Wick", puisque David Leitch en était le co-réalisateur. Posant son action dans un décor de Berlin de la fin de Guerre Froide, le métrage ne vise clairement pas à se hisser au niveau d'un John Le Carré, préférant la fausse complexité d'une intrigue retorse et l'éfficacité de brutales scènes d'actions, dont un monumental plan séquence qui fait déjà jaser dans le ssphères des fans de films d'action. Un petit rush d'adrénaline stylisé, franchement pas désagréable.

afficheYokaiWatch

En bref: Que l'on soit néophyte ou fan de la saga, on s'amuse devant "Yokai Watch: Le Film", produit marketing calibré et pas fou artistiquement certes, mais qui possède une dimension méta, un sens du fun et une énergie capable de retenir l'attention des plus jeunes. Un trip hallucinatoire à réserver aux amateurs d'animés et à un public averti!

Note: 13/20


 

 

 

afficheAtomicBlonde

En bref: Série B d'espionnage mariant glamour et ultraviolence, "Atomic Blonde" propose un spectacle divertissant quoique balisé sur un fond sympa de Guerre Froide Pop. En espionne qui savate autant qu'elle séduit, Charlize Theron assure, entouré d'un casting classe et aidée par des chroégraphies sèches et brutales. Pas grandiose, mais peut satisfaire les amateurs de thriller en manque.

Note: 13,3/20