TheDarkTower1

Dans un monde où s'opère une constante lutte entre lumière et ténèbres, Roland de Gilead, dernier des Pistoleros, est le seul à pouvoir se dresser contre l'Homme en Noir, némésis ultime cherchant à faire tomber le Tour Sombre, seul rempart capable de protèger les multiples univers...


Longtemps prisée et réputé inadaptable, la série mythique du non moins illustre Stephen King débarque enfin sur les écrans. Et inutile de préciser que sa production n'a ni l'éclat ni les circonstances des adaptations révérées signés Kubrick et De Palma. Manque d'ambition, d'une vision singulière, d'un petit plus qui le démarquerait du préfabriqué hollywoodien: tout semble rimer avec lacunaire dans ce métrage, qui en une petite heure trente, tente de retranscrire le duel épique qui en forme le coeur tout en tentant de rendre hommage à la cosmogonie kingienne. Des efforts sont produits de ce côté, de manière intermittente, mais même avec le charisme de ses deux têtes d'affiches, rien n'y fait: ce portage des aventures du Pistolero palit inmanquablement en face du matériau d'origine. Les néophytes eux, auront à se mettre sous la dent un énième film de fantasy qui répond plus aux codes du young adult qu'au récit fantastique mature qu'il est supposé être.

afficheTheDarkTower

En bref: "La Tour Sombre", par un cruel manque d'ambition et une servilité aux standards hollywoddiens, peine à créer émotion, suspense ou toute sorte de chose supposée le sortir du tout-venant. Une adaptation qui techniquement, n'est pas totalement à jeter, mais qui fait bien piètre figure en face de la monstreuse oeuvre dont il tente de rendre hommage.

Note: 12/20