SMFFH1

A la suite de l'affrontement ultime des Avengers, le monde à repris son cours normal, et Peter Parker est revenu à sa vie d'étudiant. Un voyage de fin d'année en Europe sera pour lui l'occasion de déclarer sa flamme à sa dulcinée MJ et de mettre le costume au placard un temps. mais alors qu'il pensait y couper, les repsonsabilités le rattrapent, en la forme d'une menace venue d'une autre dimension...

Quand c'est fini, ça recommence. "Endgame" marquait la fin d'une ère, et "Far From Home", nouvel opus solo des aventures du Tisseur, en entérine une nouvelle. Mais qui dit nouvelle phase ne dit pas forcément nouveauté. Comme à chaque film du MCU, la recette balisée produit son petit quart d'heure de folie. L'illusion marche comme toujours, au détour de rebondissements d'intirgues quelque peu téléphonés et des pointes d'humour, confinant souvent à l'embarass, métronomiquement placées tout au long du métrage. Définitivement taillée pour un public jeune, cette itération propose son lot de scènes de voltiges distrayantes et un vilain secoué du bulbe, mais cela ne suffit pas à masquer l'absence de personnalité et d'investissement émotionnel du film. On ne fera jamais mieux que les Raimi.

afficheSpider-ManFarFromHome

En bref: Deuxième opus suivant à le lettre le cahier ds charges auquel la Maison à Idées nous a cruellement habitué, "Spider-Man: Far From Home" maintient l'illusion du changement dans la continuité, et à base d'humour lourdingue, de cabotinage et règles et de surdose de VFX. Un blockbuster comme les autres avant lui, dont la relative éfficacité finit par devenir plus qu'usante, à la longue.

13,3/20