ALSDLPM1

Alors qu'il cueille le gui comme à son habitude, Panoramix le druide se heurte la jambe dans une chute. Sa convalescence forcée lui fait réaliser qu'il est temps pour lui de passer le flambeau. Accompagné des fidèles Astérix et Obélix, il part à la recherche d'un disciple à qui il transmettera la recette de la fameuse Potion Magique...

Après l'essai réussi du "Domaine des Dieux", le tandem Astier / Clichy récidive avec ce scénario original, mettant les Gaulois dans un situation plus chargée dramatiquement que ne l'étaient les précédentes itérations de la franchise. Toujours avec un sens du rythme confondant et une écriture comique que n'aurait renié feu René Goscinny, cet Astérix en image de synthèses, d'ailleurs d'une beauté renversante, réussit à l'instar de son précédent opus, à dynamiter l'univers croqué par Uderzo, et à concilier gags habituels à certains plus modernes, le tout dans un esprit bon enfant où l'intelligence du bon mot l'emporte sur la facilité de la blague crasse. Une réussite sur tous les tableaux, qui devrait convaincre sans nul doute tous les publics.

TheGrinch1

Dans la cité de Chouville, chaque habitant trépigne d'impatience à l'idée de célèbrer les fêtes de fin d'année... tous sauf un: le Grinch, misérable individu vivant reclus au fin fond d'une montagne. Il décide d'y descendre pour dérober Noël, afin de mettre un terme à la liesse de ses voisins...

Après le passable "Lorax", les studios Illumination remettent le couvert en adaptant l'oeuvre du Dr. Seuss, éminente figure de la littérature pour nefants anglo-saxonne; un classique de Noël qui à connu moult d'adaptations aux States dont peu nous sont parvenues, comme par la version live-action signée Ron Howard avec un Jim Carrey grimé des pieds à la tête. Clairement loin de cet ovni filmique, "Le Grinch" version 2018 la joue safe, dévoyant par instants le texte de Seuss pour n'en retenir qu'un discours plus lénifiant et une expérience peu engageante. C'est sûr qu'après la découverte du personnage éponyme, les petits comme les grands n'ont plus rien à se mettre sous la dent: du développement prévisible en passant par un univers déjà vu mieux utilisé ailleurs, rien ne surprend et rien en fait rire. Illumination continue sa tactique de sous-DreamWorks en creusant un sillon d'anim' de "sales gosses", en essayant d'y injecter un supplément d'âme; mais le stratagème ne fonctionne toujours pas.

afficheAsterixLSDLPM

En bref: Remarquable divertissement qui fait honneur à la franchise qu'il investir, "Astérix - Le Secret de la Potion Magique" sera à un palliatif idéal à l'usuel Disney de Noël. Dramatique, vitaminé et malin, un bel exemple de ce qui se fait de mieux dans le domaine!

Note: 15,8/20

 

 

 

 

 

afficheTheGrinch

En bref: "Le Grinch" réintroduit au grand public une figure phare de bouquins pour petiots, avec toute la grâce et poésie habituelle des studios Illumination. Si son visuel peut enchanter et ses quelques blagues faire sourire, cela n'en fait pas pour autant un film d'animation réussi, ni même un très bon d'ailleurs. A voir en dernier recours pour distraire ses marmots.

Note: 12/20