Suspiria1

Dans le Berlin séparé des années 70, une jeune danseuse venue des USA intègre une compagnie de danse reconnue à travers le monde. La jeune femme se doute à peine que de terribles secrets se cachent dans l'enceinte de l'immense endroit...

A l'heure où les remakes de produits pop-culturels s'enchainent pour ravir les bouffeurs de pop-corn, il faut bien que les cinéphiles aux références plus pointues aient aussi droit à leur lot de refontes. Réinterpétation libre du fameux film éponyme de Dario Argento, "Suspiria" rassemble à peu près en son sein tout ce qu'il faut pour ravir néophytes, connaisseurs et amateurs de cinéma déviant. Visiblement en pleine possession de ses moyens et ravi de pouvoir mettre sa main sur un tel objet filmique, le réal Luca Guadagnino s'en donne à coeur joie en orchestrant une poignée de séquences déjantées, où psychanalyse, érotisme et effluves de sang se marient pour un résultat forcément déroutant. A grands coups d'effets de style galvaudés, il tente de concilier fond et forme pour donner corps à son récit, il est hélas dommage que son rythme mollasson et ses deux-heures trente ne permettent pas vraiment de rester scotchés tout du long. Cette prise de position et l'incroyable fossé qu'il crée avec son modèle filmique ne vous parleront qu'en foncion de votre affinité avec le film d'origine et le genre dans lequel il s'inscrit. Dans tous les cas: vous risquez d'être secoué.

afficheSuspiria

En bref: Imagerie psychédélique, effusions de violence et morbidité de tous les instants: "Suspiria" mouture 2018 n'est clairement pas fait pour les âmes sensibles. Malgré une durée rédhibitoire et un propos parfois abscons, cette réinterprétation très arty du classique d'Argento mérite un coup d'oeil, ne saurait-ce que pour ses quelques outrances graphiques.


Note: 13/20