Downsizing1

Solution radicale pour réduire l'impact des humains sur l'environnement, le "Downsizing", pratique scientifique visant à réduire un homme en liliputien, s'est démocratisée au point d'être devenue un mode de vie à lui tout seul. Désireux d'appartenir à cette "micrommunauté", Paul Safranek, citoyen lambda se lance dans un périple gigantesque...

Après la claque de fin d'année dernière qu'était "mother!", il semble que la Paramount n'ait pas fini d'enquiller les bonnes surprises; la preuve avec l'attendu "Downsizing" d'Alexander Payne, autre film d'auteur au sujet ambitieux. En gestation depuis plus d'une décennie, ce script au high-concept monstreux est l'occasion pour le cinéaste, habitué aux drames à échelle humaine, de s'essayer au cinéma à effets spéciaux et à la réflexion post-humaniste. Serti d'un casting quatre étoiles, magnifié par une utilisation sobre de l'image de synthèse, le métrage est une expérience comme il s'en fait étonnement peu aujourd'hui, emmenant sans peine le spectateur à suivre l'odyssée d'un citoyen lambda parti pour vivre une sorte de nouvel El Dorado. On peut cependant reprocher à cette comédie, qui d'ailleurs n'en est pas vraiment une, de vouloir brasser trop de thématiques à la fois et d'accuser des petites longueurs. Entre la causticité de son propos et  sa recherche de lien émotionnel, le film balance, mais l'éxecution de son concept, de cette utopie envisagée en film, vaut à elle seule le ticket d'entrée.

afficheDownsizing

En bref: Drame de SF high-concept riche en surprises,  mais qui pêche par des tonalits inconsistates, "Downsizing" à le mérite, dans un climat hollywoodien gagngréné par les redites et les repompes, d'aller au bout de son iée. Inventif, malin et chargé en émotion, le film d'Alexander Payne est une pépite, à voir défnitivement.


Note: 15,4/20