YWNRH1

Dans les bas fonds de New York, Joe, vétéran au passé trouble, joue les porte-flingues pour des membres influents de la socièté. Lorsque la fille d'un politicien est enlevée, il a pour mission de la retrouver, et d'infliger de lourdes peines aux ravisseurs. Sans le savoir, il s'engage sur une pente encore plus sineuse que toutes les précédentes...


Film d'une violence sèche et d'une âpreté constante, "You Were Never Really Here" (titre us bien peu évocateur pour nous autres européens) n'a pas volé son prix d'interprétation masculine. Métamorphosé en véritable amas de chair meurtri au regard bovin, Joaquin Phoenix en impose, laissant parler la fragilité d'une sprit brisé se cachant derrière l'apparence bourrue. D'ailleurs, tout le film de Lynne Ramsey, construit autour de son protagoniste brisé, opère sur ce principe: récupèrer les codes du vigilante movie pour en subvertir les principes. La réalisatrice tire parti d'une intrigue confinant à l'épure pour donner dans un formalisme permettant d'embrasser le nihilisme et l'horreur du récit. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cette virée en enfer psychologique fait son effet. Du lourd!

afficheYouNeverWereReallyHere

En bref: Serti de quelle bonnes idées de mise en scène et grandement interprèté, "A Beautiful Day" est un film dur, aggressif et torturé. L'anti feel-good movie par excellence, qui sous ses atours de revenge movie sait en subvertir les codes adroitement. La grande classe!


Note: 14/20