WOTPOTA1

Note: le film chroniqué à été vu lors d'une avant-première. Sortie nationale le 2 aout.

Leader des primates émancipés, César entreprend une dernière croisade contre les Humains, malgré sa volonté d'instaure rune trêve entre les deux camps...

Après deux opus surprenants, prouvant que la Fox ne s'échine pas forcément à saboter toutes ses licences phares, la saga préquelle de "La Planète des Singes" s'achève avec cet opus fort honorable. Dégraissé de tous enjeux superflus ou de tension factice, cet épisode fait la part belle aux scènes intimistes, misant tout sur son visuel recherché et ses performances d'acteurs. Une performance, qui si elle était déjà le point fort valant le visionnage du film, atteint son pinnacle ici avec un niveau de réalisme bluffant. Autant de retenue et d'épure dans un blockbuster (avec "Mad Max: Fury Road") devrait presque faire cas d'école. Ce serait le cas si le métrage évitait de tirer sur des passages larmoyants ou l'incursion d'un humour mal posé. Ces points noirs au tableau n'empêchent pas ce troisième opus d'être un blockbuster admirable dans sa fabrication et plus doué de neurone et d'âme que bon nombre de produits sortis récemment.

afficheWarofThePlanetOfTheApes

En bref: "La Planète des Singes: Suprématie" est un honorable blockbuster pas mou du bulbe, qui à défaut de confiner à l'excellence, reste une preuve concrète que le gros film hollywoodien, avec un zeste de cerveau et une louche de bonnes intentions, peut parvenir à produire des oeuvres portant à la réflexion autant qu'au divertissement. A voir donc.

Note:14,4/20