Psiconautas1

Coincés sur une île en ruines suite à une catastrophe nucléaire, des adolescents pertubés tentent de s'échapper. Entre les dangers d'un monde en ruines et les affres de leurs psychés tourmentées, les jeunes verront leur routes se croiser sur le chemin vers la liberté...

Dans ce petit monde qu'est celui de l'animation indépendante, il est difficle de s'imposer face aux cadors industriels qui envahissent les multiplexes chaque année. Fort heureusement, quelques uns parviennent à arriver dans nos salles, la force de bouche à oreille et d'une réputation bien méritée aidant beaucoup. Détenteur du Goya du meilleur film d'animation, "Psiconautas", adaptation du roman graphique éponyme par son propre auteur, Alberto Vasquez, s'impose d'emblée comme l'un des meilleurs films toute catégories confondues sortis cette année. Dans ce récit choral ou la cruauté s'abat sans cesse sur les dernières lueurs d'espoir d'un monde à l'agonie, Vasquez orchestre, avec une assurance folle dans son univers, une descente aux Enfers radicale. Derrière un dessin en apparence mignon, les auteurs du film esquissent, lors de scènes tout à tour tétanisantes et absurdes,  les tourments intérieurs de ses protagonistes, les amène à combattre leurs démons intérieurs. Par cette utiisation intelligente du symbole, de l'image porteuse de sens, Vasquez n'arrive ni plus ni moins qu'à mettre en lumière les nevroses et corruptions d'une socièté occidentale nous conduisant davantage vers une totale déshumanisation. Malgré son statut d'oeuvre auréolée, et de par sa nature noire, ce film, hélas, ne passera pas sur le radar du spectateur, à moins que celui-ci ne soit un inconditionnel d'animation ou un cinéphile curieux. Un film génial qui n'a pas démérité sa nomination!

affichePsiconautas

En bref: Film d'animation mature, intelligent et troublant, "Psiconautas" est l'anti-thèse presque absolue du cinéma d'animation mainstream, une oeuvre qui ne prend personne par la main et surprend jusqu'à la fin par son traitement et sa théatiques radicales. Par pitié, courez de toute urgence soutenir cette pépite en salle!

Note: 15,8/20