TheBossBaby1

Fils unique choyé par ses parents, Tim mène une enfance bercée de réveries, jusqu'au jour où arrive sur son palier un bambin en costume trois pièces. Le nourrisson débarqué dans la niche familiale cache bien des secrets derrière sa tototte...

Entre Disney et DreamWorks, il ne s'agit désormais plus de savoir qui damera le pion à qui, tant les rôles semblent s'être inversés au fil du temps. Comme dit le proverbe: "Faute de les battre, rejoignez-les": sachant qu'il ne pourra jamais emboiter le pas de son illustre adversaire, l'outsider d'hier à fini par devenir tout aussi consensuel et timoré. Avec son pitch crétin propice à des délires craspec, "The Boss Baby", dernier-né de la division animation de Spielberg, est aussi dégoulinant de mièvrerie et de mignon qu'une couche pleine. De l'animation azimutée aux cinquante blagues référentielles balancées à la minute, tout y est. On aurait apprécie que, malgré cette énérgie communicative et un message évident sur les rapports familiaux, on tire davantage de ce film qu'une poignée de sourires. Ca vole, ça gigote, ca tombe, bref ça fait bien marrer les têtes blondes, mais au-delà d'un concept usité jusqu'à la moelle et d'un univers chatoyant, l'adulte risque de vite déchanter.

afficheTheBossBaby

En bref: Secoué comme il faut, "The Boss Baby" remplit le cahier des charges du gros film d'animation bien crétin, avec fantaisie, couleur et folie, mais pas grand-chose d'autre à se mettre sous la dent. U divertissement creux, mais honorable, ne serait-ce que parce qu'il fait le travail avec une redoutable efficacité. A réserver pour les plus jeunes.

Note: 13/20