Grave1

Elève en école de vétérinaire, Justine est une élève assidue et végétarienne. Lors du bizutage de rigueur, la jeune fille avale de la viande crue. Un évenement anodin à première vue, qui annonce pourtant un troublant éveil...

Précède d'une réputation très hypé depuis ses tours dans de nombreux festivals, "Grave" arrive sur nos écrans, avec la ferme intention de marquer son empreinte dans le paysage cinématographique français, jamais trop en manque lorsqu'il s'agit de films de genre. Disons-le tout de suite, le métrage de l'auteure Julia Decordeau est orchestré avec une audace et une assurance qui forcent le respect. Si les récits de transitions adolescentes sont légion, dépeignant l'évolution de fille à femme avec ce que cela comporte de heurts et de joies, rarement ceux-ci osent pousser la recherche du tabou à ce point. Glacante, drôle et inventive à la fois, cette transformation comporte son lot de surprises, dans une ambiance tantôt foutraque et glauque, qui convoque les oeuvres d'Harmony Korine, Marina de Van ou David Cronenberg. La nature du sujt étant des plus sensibles, le film n'est évidemment pas à recommander aux âmes les plus sensibles. Vous l'aurez compris, ce film est "grave" bien.

afficheGrave

En bref: Eléctrisant parcours d'une ado en proie à une faim hors-norme, "Grave" séduit par son ton radical et son audacité. Un coup de maître de la part de son auteur, la talentueuse Julia Ducordeau, qui signe une oeuvre formellement et narrativement aboutie. Un film qui, assurément, mérite ses nombreuses louanges de la part de la critique et du public, et votre attention de cinéphile curieux.

Note: 15,7/20