KSI1

Alors que le conflit du Viet-Nam divise la nation américaine, une petite équipe composée de militaires et de scientifiques partent pour une expédition spéciale. La destination: Skull Island, ile mythique qui abriterait en sons ein des créatures extraordinaires. Mais le gardien les lieux veille...

Manne prisée des producteurs depuis quelques années, la tendance des univers cinématiques envahit les strates du blockbuster jusqu'à imposer sa logique de production aux concepts raclés dans les fonds de tiroir. Forcément, avec un tel potentiel de fidélisation des audiences, il n'est pas étonnant de voir un studio comme Legendary miser sur le filon en orchestrant la rencontre de deux titans du cinéma moderne, à savoir Godzilla & King Kong. Mais avant que les deux créatures se retrouvent éventuellement sur le ring à la manière des Avengers (dont le point d'orgue au budget pharaonique est actuellement mis en boite), "Kong - Skull Island" entreprend de redonner un coup de polish au macaque mythique. On pourra toujours trouver au métrage deux-trois qualités, les principales étant un sens certain du dynamisme et une photo vibrante de couleurs signée Larry Fong. Hélas, et ce malgré un contexte historique prometteur, le reste ne brille pas par son casting gratiné de persos unidimensionels, ni par ses scènes d'action, surdosées en efets de style parfois vains. En même temps, comment passer après le magnum opus de Jackson, qui dix ans après, peut se targuer de ne pas avoir pris une ride? C'est qu'à l'instar du prodigeux cinéaste, ce "Kong" n'a pas été pensé pour la postérité, mais pour la rentabilité, et son stinger final, hilarant, scelle ses houleuses conséquences. 

afficheKongSkullIsland

En bref: Victime du syndrome du feuilleton filmique, "Kong - Skull Island" est une série B rigolote ayant tous les atours d'un blockbuster, comprenant casting quatre étoiles, effets spéciaux à gogo et violence comic-bookesque. Malgré la relative qualité du métrage, on ne passe pas un mauvais quart d'heure devant ce pulp crétin serti de belles images.

Note: 13,4/20