RECF1

Après avoir affronté les hordes infactées par le T-Virus, Alice revient à Raccoon City, ville où l apandémie à démarré, pour lancer un ultime combat contre les sbires d'Umbrella Corporation...


Alors que le 10ème art à toujours emprunté au 7ème, le cinéma tend parfois à su muer en jeu vidéo, avec tous les inconvénients que cela comporte. Depuis plus de quinze ans, la saga "Resident Evil", maintenue par l'opportuniste Paul W.S. Anderson, est le parfait exemple de cette symbiose malade. Affront aux règles élémentaires de narration et de dramaturgie, la saga n'a eu de cesse, opus après opus, de sombrer dans les abyssses de la stupidité en plus de ternir l'image du jeu culte auquel il emprunte et saccage son bestiaire. Et ce n'est pas ce soi-disant "Chapitre Final" qui viendra redorer le blason de la série. Cet actioner cumule les tares des films précédents: narration à la truelle, montage réalisé en dépit du bon sens et interminables scènes d'action illisibles noyées dans une couche d'obscurité. Très franchement, hormis ses séquences de poilade involontaire, on se demande pourquoi de telles choses ont encore droit d'exister sur le grand écran.

afficheResidentEvilFinalChapter

En bref: Dernier épisode d'une saga devenue symbole d'un certain calvaire cinématographique, "Resident Evil Chapitre Final" trouvera son public chez les masochistes de tous bords et les amateurs de navets. Laid, idiot et difficlement regardable sans ingestion d'antalgiques, le métrage dépasse un nouveau seuil de stupidité. Hautement dispensable.

Note:10/20