DS1

Neurochirurgien émérite, Stephen Strange se retrouve, suite à un grave accident de voiture, privé de l'usage de ses mains. Désireux de guérir le plus rapidement possible, il entreprend un voyage qui le ménera à la découverte d'un monde situé au-delà du commun des mortels...

Le Marvel Cinematic Universe ajoute une pierre (de l'Infini) à son imposant édifice cosmogonique. Le Docteur Strange, maitre des arcanes mystiques, figure parmi les plus illustres personnages de la Maison à Idées, et ce film éponyme, récit d'origine calibré au poil, devrait ravir ceux qui déseperaient du coup de mou qui caractérise le domaine depuis l'épineux "Suicide Squad". Pas de quoi crier au génie cependant: la structure reste inchangée, le cahier des charges assure moult blagues et références, et on pourra toujours pinailler sur cette taylorisation systématique. Mais l'univers présenté ici, à base de projections astrales et de visions kaleidoscopiques, méritent vraiment le détour. Cette ambiance psychédélique assumée offre au film ses scènes les plus renversantes, mention spéciale à un troisième acte qui orchestre un combat visuellement inventif. Dans ce déferlement d'effets spéciaux tendance rubik's cube à grande échelle, c'est un beau gratin d'acteurs oscarisés qui se démènent pour donner du poids à leurs personnages. Gageons que les prochains films de la boite oseront pousser les audaces narratives et picturales vers de nouveaux extrêmes.

afficheDoctorStrange

En bref: "Doctor Strange" assume ses excentricités visuelles et son ton résolument fantastico-kitsch, et s'impose non pas comme une totale révolution du moule marvellien, mais comme un pas dans la bonne direction. Un film de super-héros un peu différent, balisé, mais assez barré.

Note: 14,5/20