SS1

Pour contrer la destruction du monde par une entité maléfique, le gouvernement envoie en première ligne le rassemblement des pires raclures de super-villains notoires...

Après la débacle "Batman v Superman", un nouveau scandale entache le track record peu reluisant du DC Extended Universe. Voila son successeur auréolé d'une réputation peu enviable, victime d'un impressionant boycott peu après sa sortie en salles. Pourtant, avec "Suicide Squad" s'annonçait la promesse, ou au moins l'espoir feint d'une alternative salvatrice à la noirceur miasmatique instaurée par Synder & consorts. En somme, un blockbuster qui sur le papier, emprunterait la subversion puérile de "Deadpool" et le bazar bon enfant des "Gardiens de la Galaxie". Hélas, et ce malgré l'investissement de David Ayer et de son curieux casting, le diktat du cahier des charges et des sondages d'opinion auront eu raison des vélléités pseudo-anarchistes tant vantées. Choix musicaux discutables, rythme inégal, montage parfois à la ramasse: résultat, on se retrouve devant un film prévisible et parofis risible, lénifiant par sa soumission aux facilités scénaristiques et ses personnages antinomiques. Se retrouver en compagnie de méchants qui ne le sont que parce qu'ils s'entêtent à le répèter à tort et à travers, sabote le principe même de l'entreprise. Et encore une fois, malgré quelques tentatives d'insuffler de l'âme et du charme, pas grand-chose n'arrive à faire flotter la barque. Comme quoi ces temps-ci, chez Marvel comme chez DC, il n''y en a pas un pour rattraper l'autre.

afficheSuicideSquad

En bref: Tentative de déviation aternative qui tombe sans surprise dans le conventionnel, "Suicide Squad" déçoit, et l'ire critique qu'il suscite, bien qu'outrancière, est compréhensible. Cet "Expendables" mode super-villains pâtit de nombreux défauts, et peine à susciter l'enthousiasme malgré ses tentatives d'humour gras et de pose faussement sujette à controverse. A moins d'être d'une indulgence extreme envers les films de supers, le film se révèle finalement dispensable.

Note: 12/20