GOE1Grande

En des temps anciens, l'Egypte était la terre des Dieux, servis par les êtres humains avec lesquells ils vivaient en harmonie. Mais lorsque l'avide Seth décide de s'octroyer le titre suprême, il met en péril le bien de l'univers. Seul son frère Horus es en mesure de l'arrêter, mais le sort de ce Dieu se trouve entre les mains d'un jeune mortel...

Gros échec critique et au box-office ricain, "Gods Of Egypt" est un blockbuster épique au récit balisé, dont l'esthétique fastueuse explique en partie son accueil désastreux en salles. Si l'on peut pinailler sur ses défauts techniques, ce qui est inévitable pour un métrage composé à soixante-dix pour cent de matte paintings et de joutes dantesques en images de synthèses, on ne peut en revanche dénigrer la vision particulière de son auteur Alex Proyas, cinéaste jadis célébré comme visionnaire, mais aujourd'hui raillé pour ses choix de carrière discutables. Il faut dire que sa version de la mythologie égyptienne à la mise en scène parfois inspirée, à de quoi refroidir les moins tolérants à l'overdose de VFX. Et quand bien même ce serait le cas, il faut adhérer aux partix pris stylistiques d'un spectacle qui emprunte autant au jeu vidéo qu'aux comic books. Malgré son envergure qui à de quoi faire palir tous les délires de Joseph Mankiewicz et Howard Hughes réunis, e film ira donc en silence rejoindre la liste des revivals mythologiques et autres néo-peplums, parfois injustement boudés du public. Ce n'est pas faute d'avoir essayé.

afficheGodsOfEgypt

En bref: Produit hollywoodien à l'extravagance visuelle assumée, "Gods Of Egypt" est un petit morceau de bravoure en son genre, qui aura hélas payé le prix de son audace. Trop grandiloquant, trop ringard, trop décalé argueront certains, les quelques autres qui peuvent accepter la démesure d'un concept digne d'une cinématique de jeu vidéo pourront apprécier cet OVNI à sa juste valeur. Une série B qui divise pour des raisons évidentes.

Note: 13,3/20