UD1

 

Après un évenement cataclysmique, deux mondes sont en collision, chacun ayant son univers et son centre de gravité. Alors que les plus démunis subsistent en bas, les habitants fortunés vivent dans le ciel. Adam, haibtant du sol et inventeur, est épris d'Eden, native des cieux. leur amour est impossible, interdit par la loi, et pourtant, il bravera les interdits et les forces de la pesanteur...

Deux mondes dont les centres gravitationnnels et modes de vie s'opposent brutalement; sur le papier il y'avait matière à faire un film visuellement impressionant et apportant une réflexion dure mais juste sur le naturel de l'Homme à tracer des lignes entre ses semblables.  Le long de Juan Solanas est une redite de "Roméo et Juliette" sur un fond de clivage social gravitionnel, continuellement bercé par des ballades indés acoustiques. Plus porté sur la romance de ses deux tetes d'affiches que sur son intrigue, qui est en passant matière à un paquet d'idées autres que de mettre la tete des gens sans dessus dessous, le film se noie dans ses bons sentiments et une absence d'audace narrative, qui empeche l'ensemble de vraiment décoller. Et la romance au coeur du sujet est peu tolérable: le couple formé par Jim Sturgess et Kirsten Dunst est fade et rigide, le premier est nigaud comme une endive, la seconde est molle comme une crèpe, l'alchimie parait bien factice. Tout n'est pas à jeter cependant: le film propose quelques séquences impressionantes et une atmosphère visuelle léchée, mélant élements rétro et modernes, saturé par des couleurs flashy et des matte paintings sophistiqués. Si on devait résumer, "Upside Down" est à la SF ce que "Twilight" est au fantastique: une version revue d'un récit revu maintes fois avec son lot de nouveautés, vite éclipsées par une emphase maladive sur les papouilles de jeunes ephèbes, histoire de titiller la fibre émotionelle du public féminin. Le fond l'emporte sur la forme, et la bonne idéee, hélas, ne fait pas un très bon film.

afficheUpsideDownEn bref: Malgré ses promesses de spectacle visionnaire, "Upside Down" apparait finalement plus comme une romance cul-cul la praline qu'un véritable récit d'anticipation. De la SF de supermarché visuellement intéressante et fourmillant de bonnes idées, mais visiblement plus concernée par le destin de deux amoureux bien niais. Un film high-concept qui essaie de ratisser large, mais retombe vite au passage.

Note: 13,2/20