afficheEvilDead2013afficheFronti_res

Les pubards manquent d'originalité ces temps-ci.

EvilDead1

Au lieu de d'envoyer leur pote Mia en cure de désintox, son frère et ses copains décident de l'enfermer dans la cabane de la famille perdue au fond des bois. Mais ils ne vont pas tarde rà tomber sur un livre étrange et morbide, qui va réveiller les forces d'outre-tombe...

Dès l'annonce de sa mise en chantier, le remake d"Evil Dead", classique du film d'épouvante des années 80, produit par son créateur Sam Raimi, avait mis le feu aux poudres chez les cinéphiles. Informant de prime abord que ce métrage serait bien différent de son oeuvre, Raimi confie la mise en scène au jeune réal uruguayen Fede Alvarez, découvert pour avoir réalisé un petit buzz sur le Net. Disons-le tout de suite: le remake n'égale absolument pas l'original. Mais il s'en sort avec tous les honneurs. Premier degré et dénué d'humour, à la différence d'une saga riche en slapstick et boucherie grand-guignolesque, mais riche en effets gores efficaces et montant crescendo dans une horreur viscérale, la mouture 2010 donne dans la surenchère d'hémoglobine particulièrement vomitive, et se distingue notamment par un premier parti pris assez culotté, celui d'intégrer au scénario l'élement du junkie en rémission, élement réaliste délicat. "Evil Dead" version 2013 n'est pas un futur grand film du genre, pas effrayant pour un sou, mais se savoure beaucoup mieux une fois les comparaisons obligatoires faites et références au magnum opus digérées. Un honorable essai.

 Stoker1

Jeune fille brillante et quelque peu introvertie, la jeune India Stoker voit à la suite du décès de son paternel, son oncle Charlie, qu'elle n'avait jamais vu auparavent. L'arrivée du membre de la famille dans l'existence de la demoiselle et de sa mère va vite chambouler le paysage...

A la fois d'une élégance sobre et d'une brutalité glaciale, le premier film américain de Park Chan-Wook est un bel exemple de thriller sophistiqué et prenant, qui doit tout à ses interprètes tout en nuance, à son sens du génial du cadre et de l'espace filmique et à son scénario retors. Scénario bluffant pondu par Wentworth Miller, beau gosse de "Prison Break", qui prouve ici son talent d'auteur et qui bénéifice de la mise en image experte du maitre coréen. Si le rythme posé peut provoquer la torpeur chez les moins attentifs, il accentue les quelques éclats de violence psychologique et physique qui viennent renverser l'intrigue. Métaphores multiples à l'évéil sexuel, au passage à l'age adulte et à l'instabilité mentale parcourent ce film attrayant, auquel il ne manquait qu'un poil d'humour et de recul pour atteindre des sommets.

afficheEvilDeadEn bref: Loin du film faisandé auquel les fans pouvaient s'attendre d'un air scéptique, la nouvelle mouture d"Evil Dead" fait preuve d'audace et d'un poil de bonnes idées. Une alternative viscérale au classique de Sam Raimi, loin d'égaler son modèle, mais honorable en tant qu'entité indépendante. Ultra-gore et impitoyable, un divertissement immanquable pour tout fan d'horreur.

Note: 14,5/20

 

 

 

afficheStokerEn bref: "Stoker" est le thriller surprise du mois. Intrigue perverse, interprètes au diapason et mise en scène magistrale, le film est une réussite aussi bien dans le fond que dans la forme. Un objet filmique quasi-hitchcockien à l'esthétisme raffiné, combinaison de talents portés à leurs sommets. Pas le film le plus franchement fédérateur du moment, mais une bien belle leçon de cinéma moderne.

Note: 14,7/20